Que se passe-t-il quand nous ratons une note ?

Essayez, en chantant dans le trombone, de faire un glissendo sur une octave. Vous serez très surpris du résultat ! C’est pratiquement impossible en gardant un beau son, il y a toujours un « saut d’harmonique ».

C’est dû au phénomène de résonance de l’instrument. Lors de la production d’une note (et même de la toute première ouverture des lèvres à la production du buzz), nous envoyons une petite quantité d’air, venant agiter l’air déjà présent dans l’instrument. Cette micro quantité va rebondir et revenir sur les lèvres, déterminant la fréquence de la note jouée.

Il faut bien comprendre ici que ce n’est pas l’air que l’on envoie dans le trombone qui « sonne », mais bien celui présent dans l’instrument se mettant à vibrer.

ATTENTION, ça ne veut pas dire que souffler serait facultatif, bien au contraire ! Il faut juste comprendre que l’on souffle pour faire vibrer les lèvres, pas pour projeter le son.

Or, le trombone, comme tout les cuivres, a une fondamentale et agit comme résonateur/amplificateur, ce qui veut dire que l’air ne peut vibrer correctement qu’à une certaines fréquences, appelé fréquences de résonance, ou harmoniques en musique.

Si les lèvres, lors de production du son, ne vibrent pas exactement à la fréquence de résonance de l’instrument, le trombone renverra vers les lèvres une fréquence différente de celle produite, forçant un changement de la vibration des lèvres pour arriver à la note correspondant à fréquence de résonance (harmonique) la plus proche.

C’est la raison pour laquelle, après avoir raté l’attaque d’une note, elle change rapidement pour devenir la bonne.

fréquence de résonance trombone

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *